top of page
  • margotpauvers

Ce qu'on ne dit pas aux personnes sensibles sur la procrastination


Je n'avais jamais autant réalisé le pouvoir de la procrastination que depuis que je suis devenue entrepreneur.


Un léger manque de clarté, une perte de confiance, des doutes, le soleil qui brille, le chien qui veut sortir... et j'oublie tout simplement ce que je devais faire - (j'ai d'ailleurs un peu procrastiner pour écrire cet article).


Je ne me suis jamais vraiment considérée comme quelqu'un qui procrastine ; j'étais plutôt reconnue pour être tout le contraire en fait. J'avais l'habitude de faire mes devoirs bien à l'avance afin de ne pas nourrir mon inquiétude et de ne pas me laisser submerger. J'ai toujours été très organisée et j'avais peut-être même tendance à sur-planifier.


Alors qu'est-ce qui fait que je procrastine aujourd'hui ?


J'ai du mettre en place mes propres structures et faire face à des fonctionnements de pensée limitants.


"C'est de la paresse !" - "Décide toi juste à le faire !" - "Tu te rends la tâche plus difficile en attendant jusqu'à la dernière minute !"...


Nous avons tendance à penser que ce n'est qu'une question de volonté ; or notre capacité à nous mettre en action dépend d'un grand nombre de facteurs (surtout quand on est neuro-divergent ! (Par exemple TDAH, HPI, Dyslexique...) ou hypersensible.


Commençons par les bases. Est-ce que tu veux vraiment le faire ? Pourquoi ?


Tu procrastines pour postuler à un emploi, pour lancer un nouveau projet, pour acheter des billets d'avion, etc. Essaies de te visualiser en train de réaliser ce que tu avais décidé de faire; comment te sens-tu ? Est-ce que ton énergie augmente et s'ouvre lorsque tu t'imagines relever ce nouveau défi ou bien est-ce qu'au contraire elle se contracte et diminue ?


J'aime écrire, et j'aime ce que je fais ! Cela correspond à mes objectifs, à mes valeurs fondamentales, à mes dons, à mes passions... La plupart du temps, nous ne nous rendons pas compte que le simple manque d'alignement avec la tâche à accomplir peut être la raison de notre procrastination.


La peur de l'échec


Dans ce cas précis, je sais que je ne procrastine pas parce que je ne me sens pas en phase avec la tâche d'écrire mon article, mais je sais que je vais écrire cet article en deux langues (français et anglais, le français étant ma langue maternelle).


Même si je suis capable d'écrire en anglais, cela a été un énorme blocage lorsque j'ai commencé ce blog. Au point même de demander à une amie de relire mes articles anglais au risque de ne jamais oser les publier. J'avais peur de paraître "stupide" ou de ne pas être prise au sérieux si mes articles comportaient des erreurs grammaticales ou des fautes de frappe.


"La peur n'est qu'une illusion basée sur des expériences passées que nous projetons dans le présent et dans l'avenir".

En grandissant, nous avons tendance à recevoir des éloges pour nos résultats scolaires, ce qui peut nous amener à croire que nos résultats déterminent notre valeur personnelle:


1 - Prenons un premier scénario en exemple; tu as grandi en étant très bon à l'école, peut-être même en avance sur tes camarades, et tu as été félicité pour cela. Ainsi, tu as peut-être appris à croire que l'amour et l'acceptation dépendent de ta réussite. Tu associes maintenant le fait de faire des erreurs ou d'échouer au rejet. Tu remets à plus tard pour éviter de te sentir jugé par toi-même ou par les autres.


> Si tu apprends que l'échec n'est pas l'opposé du succès mais en fait partie, tu peux développer des habitudes et des attentes plus saines.


2 - Si tu as grandi en étant dyslexique et en trouvant plus difficile de lire et d'écrire, ton estime de soi a pu être remise en question ou diminuée si tu as eu l'impression que lire et écrire étaient les compétences et critères principaux sur lesquels tu étais jugé. Aujourd'hui, tu remets les choses à plus tard parce que rien de sert d'essayer puisque tu as déterminé que tu n'étais pas assez bon de toute façon.


> Cela peut ne pas être le cas si l'on a reconnu tes points forts et si l'on t'a encouragé à utiliser les dons de la dyslexie (créativité, communication, conception, vue d'ensemble...). Tu as alors développé une bonne estime de toi-même et tu sais qu'il y a des choses pour lesquelles tu es meilleur que d'autres. Tu n'as pas peur d'essayer de nouvelles choses et d'échouer.


Demande toi, de quoi as-tu peur ? Essaie de définir la peur qui t'empêche de passer à l'action. Par exemple, la peur de l'échec, la peur du rejet, la peur du jugement...


Essaie de retrouver à quel moment tu as construit cette croyance limitante pour la toute première fois et guéris ce souvenir alors que tu reformules cette croyance et reprends ton pouvoir.


Tu peux également lire mon article sur le perfectionnisme pour approfondir cette question.



Le surmenage/sur-stimulation


Les personnes neuro-divergentes, les hypersensibles, les empathes... ont tendance à avoir une réponse plus intense (hyperstimulabilité) aux stimuli internes et externes et ceci peut vite devenir accablant.


Que peux-tu faire pour éviter d'être submergé ?


Externaliser tes fonctions exécutives autant que possible (tes fonctions exécutives sont responsables de ta capacité à prioriser, à te mettre à l'oeuvre et à organiser des tâches).




Quels outils, systèmes et processus peux-tu mettre en place pour soutenir tes fonctions exécutives ? Décompose chaque petite étape que tu devras franchir pour accomplir la tâche en questions et réfléchis aux systèmes que tu pourrais utiliser pour simplifier le processus.


Par exemple, choisis un logiciel/une application pour créer des listes de tâches en fonction du temps et de l'importance et développe ton sentiment d'efficacité personnelle.


*** Beaucoup de mes clients dyslexiques utilisent des programmes tels que Grammarly, Quilbot, ou Language Tool... Tu trouveras peut-être de l'inspiration en lisant également le top 10 des astuces pour les dyslexiques.


Crée un environnement qui favorise ta productivité (lumière, sons, température...).


Personnellement, j'aime travailler dans des environnements calmes et frais où je sais que je ne serai pas interrompu ou distrait. J'aime diffuser des fréquences curatives en fond sonore pour m'aider à me concentrer, mais j'ai toujours mes bouchons d'oreille à portée de main. Il m'arrive parfois de li


Personnellement, j'aime travailler dans des environnements calmes et frais où je sais que je ne serai pas interrompue ou distraite. J'aime diffuser des fréquences curatives en arrière-plan pour m'aider à me concentrer, mais j'ai toujours mes bouchons d'oreille à portée de main. J'aime parfois diffuser des huiles essentielles pour favoriser ma concentration ou ma créativité.


Veille à satisfaire tes besoins physiques.


Par exemple, prépare un verre d'eau sur ton bureau, assure-toi d'aller aux toilettes avant de commencer...


L'écoute de tes besoins physiques est un processus continu, ton corps t'envoie constamment des signaux afin que tu prennes conscience de tes besoins et que tu puisses y répondre pour être au mieux de ta forme. Comment peux-tu lutter contre la procrastination si tu t'endors sur ton ordinateur portable parce que ça fait 3 jours que tu dors mal ? Tu vois ce que je veux dire ?


Trouvez TA façon de libérer les émotions accumulée et de nourrir une énergie de gratitude. Plus ta fréquence est élevée, plus ta productivité sera élevée.


Des blessures, des traumatismes, la mélancolie, trop de choses à faire, l'anxiété, trop de stress... sont des raisons suffisantes pour que tu sois consumé par la négativité et que tu te sentes complètement incapable dee t concentrer. En instaurant une pratique régulière pour relâcher les tensions émotionnelles et physiques que tu accumules, tu te sentiras plus détendu et donc moins enclin à la sur-stimulation.


L'énergie circule là où l'on se concentre.

Commencer


Tu peux voir, sentir, imaginer tous les résultats potentiels (du meilleur au pire) et toutes ces hypothèses peuvent conduire à une inaction totale.


La plupart de mes clients ont besoin d'être stimulés intellectuellement et il leur est difficile de commencer quelque chose qui n'est pas intéressant ou amusant, même si, au contraire, il peut être difficile d'arrêter de faire quelque chose quand ils sont dans leur Flow/élément.


Commençons par dire que tu n'as pas à attendre de ressentir ceci ou cela pour commencer à t'y mettre. Je me répétais sans cesse que je devais "me sentir inspirée" pour créer mon contenu et, sans surprise, j'ai perdu pas mal de temps à ne rien faire, attendant simplement d'être touchée par la grâce de l'inspiration.


C'est le fait d'être capable d'établir une constance et une structure dans mon emploi du temps qui m'a permis de générer l'adrénaline dont j'avais besoin pour commencer à écrire mon article aujourd'hui. L'inspiration est venue tout simplement lorsque j'ai commencé à suivre mon processus habituel.


Routine


Tout comme tu t'attaches à créer tes processus, concentre toi sur la création d'une routine qui te met dans une énergie productive. Structurer ton emploi du temps réduit le temps que tu passes à (sur)réfléchir et t'apporte un sentiment de sécurité.


Par exemple, je préfère me concentrer sur les tâches qui demandent une grande concentration le matin et être plus créative l'après-midi. Bien que j'aime être créative et spontanée, je sais que je suis plus productive lorsque j'ai une certaine structure en place (calendrier clair, rituels, routines matinales, processus, stratégies et délais clairs...).


Visualise


Tu aimes apprendre et découvrir de nouvelles choses, mais les nouvelles tâches peuvent te rendre anxieux. Ou bien, la tâche peut simplement te sembler trop importante avant de la commencer.


Bien que nous soyons capables de visualiser le résultat final souhaité, il peut être difficile de visualiser à quoi ressemble cette vue d'ensemble lorsqu'il s'agit de la décomposer en petits morceaux.


Je sais que lorsque je suis sur le point de commencer quelque chose de nouveau ou de créatif, être capable de rassembler toutes les idées et tous les scénarios que j'ai en tête en une seule petite première étape me semble parfois presque impossible.


Au lieu de t'imaginer en train de lutter pour rassembler tes idées, commence par t'imaginer ayant l'esprit clair et capable d'accomplir la tâche.



Margot Pauvers est une coach holistique certifiée et une guérisseuse Reiki qui aide les personnes ambitieuses, sensibles et neurodiverses à créer LEUR succès authentique.

11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page